Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Moicani - L'Odéonie

 



 

Avec des yeux plus grands que le ventre,
Avec des mots plus grands que le cœur,
Ils entrent dans notre existence
Côté tendresse, côté cœur.
Ils nous racontent leur enfance
En se cachant sur nos genoux
Et je ne crois pas qu'ils plaisantent
Quand ils disent : " J'ai peur de vous. "
Ils nous découvrent, ils nous adorent.
Ils nous bercent avec des chansons.
Ils font bien d'autres choses encore.
Moi, je les trouve assez mignons.

Avec une belle assurance,
Une fois par mois, avec des fleurs,
Ils nous proposent une existence,
Côté coin du feu, côté cœur.
Ils ronronnent dans nos corbeilles
Et viennent manger dans nos mains
Puis, de bonne heure, ils s'ensomeillent.
Ça nous fait de joyeux matins.
Ils nous embrassent, ils nous ignorent.
Ils chantent faux sur nos chansons.
Quelquefois, ils font pire encore.
Ça ne fait rien, moi je les trouve mignons.

Un jour, ils refument le pipe
Qu'ils avaient jetée aux orties
Et voilà qu'ils prennent en grippe
La cage qu'ils s'étaient choisie.
On se dit que l'on s'aime encore
En sachant que rien ne va plus.
Ce monsieur, près de qui l'on dort,
Pourquoi donc nous avait-il plu ?
On leur ouvre tout grand la porte.
On n'a plus le cœur aux chansons.
Bêtement, la vie les emporte.
Dommage, ils étaient bien mignons.

Avec des nuits de solitude,
Avec des jours de fin de mois,
On se refait des habitudes.
A vivre seul, on vit pour soi
Et voilà t'y pas qu'ils reviennent.
" Bonjour ! Tu vas bien ? Me voilà.
Cette maison qui est la mienne,
Tu vois que je ne l'oublie pas. "
On ne dit rien mais l'on s'étonne.
On a beau savoir la chanson,
On la trouve assez polissonne,
La dernière de nos mignons.

 

 

 

La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Boeuf

    Une grenouille vit un boeuf
    Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille,
   Pour égaler l'animal en grosseur,
     Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n' y suis-je point encore ?
- Nenni. - M' y voici donc ? - Point du tout. - M' y voilà ?
- Vous n'en approchez point. » La chétive pécore
   S'enfla si bien qu'elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
   Tout petit prince a des ambassadeurs,
     Tout marquis veut avoir des pages.

LA FONTAINE

 

ImageShack, share photos, pictures, free image hosting, free video hosting, image hosting, video hosting, photo image hosting site, video hosting site

 

 

Turn down the bedroom lights
and warm my soul
Let all your inhibitions go we'll reach the kinda heights
That we've never known.
Laid back and easy take it slow-slow-slow
But wait
are your intentions what you think they are?
Well if so
then won't you hand me back the keys to my car.
Well I guess I never knew I bit off more than I could chew
When you handed me the apple I should have said "no" to you
Oh Mama Mama Mama well I guess you always knew
That I bit off
I bit off
I bit off
I bit off
More than I could chew.
Come closer Baiby let your soul relax
We're old enough to face the facts
Get off the rails and let your train get on my tracks
Wait a minute is that the way you always act
Oh I've met your kind before I know
I know your game
You didn't even take the time to ask my name.
Well I gues I never knew I bit off more than I courd chew.
I bit Off
I bit Off
I bit Off
I bit Off

 

 

 

Commenter cet article