Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Moicani - L'Odéonie

Décès du comédien Pierre Tornade

Pierre Tornade est décédé mercredi matin des suites d'une chute accidentelle.

«C'était un type réservé qui n'avait pas la grosse tête», confie ému, Albert Uderzo. Pierre Tornade, qui fut la «voix» d'Obélix dans la série des dessins animés dans les années 70 et le commissaire Faroux, n'est plus. Sa bouille débonnaire était familière du fidèle téléspectateur de Nestor Burma et du cinéphile qui l'avait remarqué dans La Septième compagnie, où il campait le capitaine Dumont.

Le comédien (de son vrai nom Pierre Tournadre) est décédé mercredi matin à l'âge de 82 ans à l'hôpital de Rambouillet, des suites d'une chute accidentelle. Né le 21 janvier 1930 à Bort-les-Orgues (Corrèze), Pierre Tornade était un comédien populaire et généreux qui avait donné aux seconds rôles ses lettres de noblesse. «Mon Pierrot, c'était mon Raimu à moi! Quel homme! Je l'ai décoré, vous savez, de l'Ordre national du mérite, dans sa ville. Il avait fait le théâtre aux Armées pendant sa campagne de Corée. C'était quelqu'un!», se souvient Guy Marchand, le détective privé héros de Nestor Burma . «Il avait beaucoup de talent, poursuit l'acteur, c'était un homme fort, nous étions très indisciplinés sur le tournage des Burma. Un jour, il a réussi à jouer une très belle scène d'émotion avec des accents de Raimu. Il était un peu comme Jean-Pierre Marielle.»

Pierre Tornade était un caméléon. Théâtre, cinéma, télévision: il excellait dans divers registres, notamment dans le comique. Il avait joué Feydeau, Robert Lamoureux ou encore Jean-Michel Ribes, qui témoigne  «C'était quelqu'un que j'aimais beaucoup, il avait une présence incroyable, extraordinaire», raconte le metteur en scène, qui avait dirigé Pierre Tornade dans  L'Odyssée pour une tasse de thé , une œuvre personnelle au Théâtre de la Ville, en 1974. «On ne voyait que lui», reprend le père de Palace. «Avec Roland Blanche, ils jouaient deux rameurs. On les appelait «les tornades blanches». Tous les week-ends, Pierre me disait qu'il allait voir le tombeau qu'il avait fait construire en province… Il aurait pu faire une carrière encore beaucoup plus forte, mais ce n'était pas un comédien ambitieux. Il était très attachant. D'instinct, il avait une densité de drôlerie comme Pieplu.»

Un avis partagé par Albert Uderzo: «C'était un Obélix formidable, c'était la voix que je préférais avec Roger Carrel dans le rôle d'Asterix. Il a marqué le rôle, se l'est réapproprié. Il a sans doute marqué toute une génération avec son timbre de voix inimitable.» NATHALIE SIMON LE FIGARO

 

FILMOGRAPHIE

TELEVISION :

Commenter cet article