Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par JEAN HELFER

MADONNA

MADONNA

ELVIS PRESLEY

ELVIS PRESLEY

Deux poèmes de Bernard Dimey

La crucifixion

Tu viens c't' après-midi à la crucifixion?
T'as qu'à v'nir avec moi, ça t'chang'ra les idées !
Ta bergère est pas là, profit'de l'occasion
Moi j'ai prév'nu Lévy que j 'prenais ma journée
J'y ai dit "j'veux voir ça, et pis j'ai mes raisons !"
Il a pas pu r'fuser vu qu'il y va, cézigue !
ça va ram 'ner du monde et marquer la saison
c' t'affair'là, tu vas voir, mais le truc qui m'intrigue
c'est qu'sur les trois clients qu'ils vont foutre au séchoir
Y en a deux, paraît-il, qu'on a dû bien connaître
Ils nous ont fait marron sur un coup d'marché noir
on ira les r'garder, ça les amus'ra p't'être

Quand on avait l'tuyau pour les surplus romains
j'avais tout préparé, tout mâché la besogne,
On était cinq su'l'coup, vraiment du cousu-main!
Quand ils nous ont doublé, on a passé la pogne
mais j'dois dire qu'aujourd'hui, je vais bien rigoler
Comm'quoî, mon vieux cochon, y a tout d'même un'justice
Comm'disait mon vieux père: "Faut pas tuer ni voler à moins
d'être certain que le coup réussisse !"

Le troisième, il paraît qu'il marche à la gamberge
Il jacte à droite à gauche, on l'a vu v'nir de loin
il est pas vieux du tout, il n'a pas trente-cinq berges
On n'sait pas bien qui c'est, c'est pas un gars du coin
C'est un genr'de r'bouteux, il guérit les malades
ça fait trois ans, guèr'plus, qu'il est sur le trimard
N'empêch'que le Pilate et ses p'tits camarades
l'ont prié d'obéir et d'arrêter son char
Comm'disait mon vieux père : "La poisse, elle vient tout'seule
mais plus tu veux jacter, plus qu'ell'vient rapid'ment
c'est un'bell'qualité d'savoir fermer sa gueule"
Mon père, pour un ivrogne, il n'manquait pas d'jug'ment !

D'ailleurs, en fait d'jug'ment, c'est par là qu'ça commence
Si tu veux v'nir, tu viens... Moi j'veux pas m foutr'en r'tard
Tu viens pas... Moi j'm'en vais... J'te dirai c'que j'en pense!
J'pass'rai pour l'apéro, à sept heures, au plus tard.

Ça y est, me v'la r'venu, j'en ai les jamb'coupées
J'ai vu assez d'salauds pour le restant d'mes jours
Et c'est l'genr'd'histoir' qui s'ra vite étouffée
T'en entendras causer, crois-moi, pis mêm'les sourds

D'abord le tribunal, une vraie rigolade!
Les carott' étaient cuites, archi-cuites au début
Le Pilate s'en foutait, mais les p'tits camarades
ça gueulait maximum, aussi fort qu'ils ont pu
Le mec, il était là, il a pas dit grand-chose
et pis j'étais trop loin ; j'ai pas bien entendu
tout l'mond'braillaît là-d'dans, mais pour plaider sa cause
y a personn'qu'à moufté... Ni l'avocat non plus...
D'ailleurs, y en n'avait pas! C'était la mascarade!
Et j'suis sûr que le gars il est blanc comm'l'agneau
Tu peux dir'que l'Pîlate et ses p'tits camarades
ça fait avec nous autres un'bell'band'de salauds
On a beau êtr'voyou, viv'comm'des malhonnêtes
y a tout d'mêm'des machins qui vous fout'le bourdon...
Tout était combiné, mêm'Ja croix qu'était prête
Et quand on vous y colle on sait qu'c'est pour de bon...
Et pis la croix maint'nant c'est toi qui t'la coltines
c'est nouveau, j'te préviens, si ça t'arrive un jour
Tout seul et ça su'l'dos jusqu'en haut d'la colline.
Il s'est juste arrêté pour faire un p'tit discours,
il s'trouvait juste en face d'un ramassis d'bonn'femmes
qui chialaient comm'des veaux, faut dir'qu'y avait d'quoi,
Il leur a dit comm'ça " pour le salut d'vos âmes
il vaudrait mieux pleurer sur vous-mêmes que sur moi! "

Sa vieille elle était là, la pauv'mémère, tout'seule
Y aurait pas eu un mec pour y donner la main,
surtout quand son fiston il s'est cassé la gueule!
Trois fois d'suite sous les coups d'ces enfoirés d'romains !
Moi, ça m'a foutu l'noir, pourtant j'suis pas sensible
ça m'a tout barbouillé, j'en suis cœur sur carreau!
Faut dir'que l'populo c'est vraiment des horribles
ils sont pour la plupart plus fumiers qu'les bourreaux...

Bref, je n'suis pas r'venu pour gâcher la soirée...
Ils l'ont cloué là-d'ssus et tout l'monde est parti...
Moi j'en suis lessivé, tu parles d'une journée...
Et tout l'monde est pareil... et pis c'est pas fini

Les deux autres ? Ah ben oui, pardonn'moi si j't'excuse
Hé ben j'les ai pas vus, j'y ai mêm'plus pensé !
Ils sont toujours là-haut, vas-y si ça t'amuse
Pour moi ça va comm'ça, j'en ai vu bien assez !
Paulo, tu m'connais bien, tu sais qu'les innocents
je m'en fous complèt'ment, seul'ment pour le quart d'heure
je dois dir'que c'que j'ai vu, ça m'a tourné les sangs
Un mot que j'dis jamais, Paulo..., ça m'a fait peur !

BERNARD DIMEY

CRUCIFICTION LANE
CRUCIFICTION LANE
ERIC IDLE & GRAHAM CHAPMAN

ERIC IDLE & GRAHAM CHAPMAN

LADY GAGA

LADY GAGA

"The Ballad Of John And Yoko"

Standing in the dock at Southampton
Trying to get to Holland or France
The man in the mac said, "You've got to go back"
You know they didn't even give us a chance

Christ you know it ain't easy
You know how hard it can be
The way things are going
They're going to crucify me

Finally made the plane into Paris
Honeymooning down by the Seine
Peter Brown called to say
"You can make it OK
You can get married in Gibraltar, near Spain"

Christ you know it ain't easy
You know how hard it can be
The way things are going
They're going to crucify me

Drove from Paris to the Amsterdam Hilton
Talking in our beds for a week
The newspapers said, "Say what you doing in bed?"
I said, "We're only trying to get us some peace"

Christ you know it ain't easy
You know how hard it can be
The way things are going
They're going to crucify me

Saving up your money for a rainy day
Giving all your clothes to charity
Last night the wife said
"Oh boy, when you're dead
You don't take nothing with you
But your soul, think!"

Made a lightning trip to Vienna
Cating chocolate cake in a bag
The newspapers said, "She's gone to his head
They look just like two gurus in drag"

Christ you know it ain't easy
You know how hard it can be
The way things are going
They're going to crucify me

Caught an early plane back to London
Fifty acorns tied in a sack
The men from the press said, "We wish you success
It's good to have the both of you back"

Christ you know it ain't easy
You know how hard it can be
The way things are going
They're going to crucify me
The way things are going
They're going to crucify me

And the night comes again to the circle studded sky
The stars settle slowly, in loneliness they lie
'Til the Universe explodes as a falling star is raised
Planets are paralyzed, mountains are amazed
But they all glow brighter from the brilliance of the blaze
With the speed of insanity then He died

In the green fields a turnin', baby is born
His cries crease the wind and mingle with the morn
An assault upon the order, changing of the guard
Chosen for a challenge that is hopelessly hard
And the only single sound is the sighing of the stars
But to the silence of distance they are sworn

So dance, dance, dance
Teach us to be true
Come, dance, dance, dance
'Cause we love you

Images of innocence charge Him go on
But the decadence of destiny is looking for a pawn
To a nightmare of knowledge he opens up the gate
Binding revelation is laid upon His plate
That beneath the greatest love is a hurricane of hate
And God help the critic of the dawn

So he stands on the sea and He shouts to the shore
But the louder that He screams, longer He's ignored
For the wine of oblivion is drunk to the dregs
And the merchants of the masses almost have to be begged
'Til the giant is aware, someone's pulling at His leg
And someone is tapping at the door

To dance, dance, dance
Teach us to be true
Come, dance, dance, dance
'Cause we love you

Then His message gathers meaning and it spreads across the land
The rewarding of His pain is the following of the man
But ignorance is everywhere and people have their way
Success is an enemy to the losers of the day
In the shadows of the churches, who knows what they pray
For blood is the language of the band

The Spanish bulls are beaten, the crowd is soon beguiled
The matador is beautiful, a symphony of style
Excitement is ecstatic, passion places bets
Gracefully He bows to ovations that He gets
But the hands that are applauding are slippery with sweat
And saliva is falling from their smiles

image: http://static.urx.io/units/web/urx-unit-loader.gif

MICHAEL JACKSON

MICHAEL JACKSON

Commenter cet article