Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par jean helfer

SERGE GAINSBOURG & HUGUES AUFFRAY

Ne m'raconte pas ta vie,
Tu m'l'as déjà servi.
Si tu as des trous d'm?moire,
Pas la peine de l'faire voir.
Je la connais par coeur,
C'est la même que ta soeur.
Toujours la même chanson,
Je la connais à fond.


C'est toujours l'même disque,
Mes p'tites odalisques.
Tournez, tournez, tournez en rond
Trente-trois p'tits tours et puis s'en vont
S'en vont les fredaines,
Restent les rengaines.
Alors s'en vont les amoureux
Rêver à la chaleur du pieux
Du pieux souvenir de celles
Qui furent un jour infidèles
Parce qu'elles en avaient assez
Assez d'entendre ressasser.

Toujours le même disque,
Mes p'tites odalisques.
Tournez, tournez, tournez en rond
Comme tourne, tourne ma chanson.

Toi qui as la bague au doigt,
Si ça te génes, enlève-la.
Et tu pourras au lit
Oublier ton mari.
Les rythmes américains
Nous mettront dans le bain.
On tourn'ra en bourrique,
Je connais la musique.
C'est toujours l'même disque,
Mes p'tites odalisques.
Tournez, tournez, tournez en rond
Trente-trois p'tits tours et puis s'en vont
S'en vont en Espagne
Dans nos cars Champagne.
Les chateaux que nous avons rêvé
En se rappelant le temps passé.
Passer à faire et refaire,
Faire et refaire l'inventaire
De tout c'qui avait just'en-d'sous
Just'en-d'sous de vos dessous.
C'est toujours l'même disque,
Mais qu'est-c'que tu risques
Puisque tu sais qu'c'est du bidon,
Tu n'as qu'à pas te donner ? fond.

C'est toujours l'même disque,
Toujours l'même disque.
Toujours l'même disque.
Toujours l'même disque.

Hugues Aufray a découvert Serge Gainsbourg en 1956, lorsque ce dernier accompagnait au piano Michèle Arnaud au cabaret Milord l’Arsouille. "Je suis revenu plusieurs soirs relever les accords et noter les paroles sur un carnet. Et j’ai ajouté ses magnifiques chansons à mon répertoire." Sermonné par l’éditeur à qui il n’avait pas demandé l’autorisation, il eut ensuite la possibilité de rencontrer Gainsbourg : "Il ne m’a pas du tout reproché d’avoir pris ses chansons. Il m’a dit ‘tu vas être le James Dean de la chanson française. Il faudra que je t’écrive des choses’. Malheureusement, il ne m’a rien écrit. Il a été accaparé par le succès..."

Commenter cet article